Les salaires dans l'Arc jurassien

L'OSTAJ vient de diffuser une nouvelle publication actualisant la comparaison des salaires entre la Franche-Comté et l’Arc jurassien suisse. Ce document confirme les résultats d’une première étude parue en 2009 : le salaire horaire brut moyen des frontaliers travaillant dans l’Arc jurassien suisse ne diffère pas significativement de celui des travailleurs locaux. Deuxième résultat, il subsiste un important écart entre le salaire horaire brut moyen des frontaliers et celui des salariés travaillant en Franche-Comté. L'analyse est faite  en raisonnant toutes choses égales par ailleurs, c’est à dire en gommant les effets induits par les différences de structure de l’emploi par sexe, par âge, par catégorie socioprofessionnelle, par secteur d’activité et par taille d’entreprise.

Ainsi, le salaire horaire brut moyen d’un frontalier travaillant dans l’Arc jurassien suisse en 2010,  est ainsi supérieur de 69 % à celui d’un salarié travaillant en Franche-Comté. En outre cet écart a tendance à s’accroître avec l’appréciation du franc suisse. Sur les 19 points d’augmentation de l’écart entre 2006 et 2010, 14 le sont à ce seul motif.

 

Les salaires dans l'Arc jurassien


 

23 000 frontaliers supplémentaires depuis 2002

Au cours de la période 2002-2013, la croissance vigoureuse de l’effectif des frontaliers (+7 % en moyenne annuelle) confirme l’attrait du marché du travail de l’Arc jurassien suisse pour cette main-d'œuvre qui s’ancre complètement dans l’économie locale et complète l’offre de travail indigène. Ce développement du travail frontalier est la résultante d’une croissance rapide de l’emploi frontalier depuis les années 90 et, notamment à partir de 2002, de l’effet de la mise en œuvre des différentes phases d’application de l’Accord de libre circulation des personnes qui a facilité le recours à ce type de main-d'œuvre. Pendant les périodes de repli conjoncturel, le rythme de progression du nombre de frontaliers diminue. Le nombre de frontaliers marque même un léger recul temporaire durant les crises économiques de 1997 et de 2008 (respectivement -2 % et -1 % dans l’Arc jurassien suisse). Cependant, Il n’est pas possible de distinguer la part de la progression du nombre de frontaliers liée au déploiement des accords bilatéraux de celle liée à une conjoncture économique favorable pendant une grande partie de la période. 


 

 

Dans l'objectif d'élargir son offre d'information transfrontalière, l'OSTAJ diffusera périodiquement une série indicateurs et d'analyses transfrontalières. Si vous désirez recevoir ces informations, nous vous invitons à vous inscrire en indiquant votre adresse électronique

L'adresse que vous nous communiquez reste strictement confidentielle. L'OSTAJ s'engage à utiliser votre adresse uniquement pour l'envoi de ces publications.


Accès rapide