Les travailleurs frontaliers franc-comtois dans l'Arc jurassien suisse

Analysé à travers les chiffres du recensement de la population de 2007, le travailleur frontalier comtois réside principalement dans cinq zones d’emploi situées le long de la frontière suisse (Belfort, Montbéliard, Morteau, Pontarlier et Saint-Claude). Habitant au plus près de la frontière, il est jeune, ouvrier et travaille dans l’industrie dans 63 % des cas.

Du fait de la proximité géographique et des traditions industrielles similaires, l’Arc jurassien suisse demeure un marché du travail attractif et offre de nombreuses possibilités d’emploi pour les frontaliers. La croissance de l’emploi frontalier y a été soutenue ces quinze dernières années et la crise de 2008-2009 n’a pas enrayé le mouvement. Le travail frontalier continue de se développer, principalement dans les districts non frontaliers.

A fin 2010, l’Arc jurassien suisse compte 33 400 frontaliers, soit 6 % des emplois. Cette proportion est très différente selon les cantons : de 15 % de l’emploi total dans celui du Jura à 1 % dans les arrondissements de Berne-Nord, en passant par 9 % des emplois de Neuchâtel et 5 % de ceux du canton de Vaud.