L’artificialisation du sol dans l’Arc jurassien franco-suisse

Avec un taux d'artificialisation du sol de 6,4 %, l'Arc jurassien se situe entre les moyennes nationales françaises et suisses. Cependant, l'étude a mis en évidence une artificialisation plus importante de la partie suisse. En dehors des zones denses des principales agglomérations, l'essentiel du territoire est couvert par des espaces naturels ou agricoles. L'artificialisation progresse, conséquence de la croissance démographique et des constructions neuves qu'elle génère. En Suisse, le recours fréquent aux immeubles à plusieurs logements limite toutefois les effets de la pression démographique. En France, la construction de maisons individuelles contribue à accélérer l'artificialisation même si la croissance de la population y est moindre. 

Une artificialisation variable: des disparités sont à noter entre les deux pays (7,7 % pour la partie suisse, contre 5,8 % pour la partie française), mais aussi entre les différents territoires qui composent l'Arc jurassien. A titre d'exemple, le secteur Pays horloger - La Chaux-de-Fonds affiche une artificialisation moyenne de seulement 3,5 % de sa superficie, contre 13 % pour le territoire Nord Franche-Comté et canton du Jura. 

L'artificialisation progresse: entre 2012 et 2018, la surface artificialisée de l'Arc jurassien a augmenté de 860 hectares, ce qui marque une progression de 0,8 %. La quasi-totalité a été prélevée sur des terres agricoles converties en zones d'habitation et en zones industrielles. La forêt et les milieux semi-naturels sont aussi concernés avec 170 hectares transformés en territoires urbanisés. Les zones où l'artificialisation a le plus progressé en 6 ans cumulent dynamisme démographique, construction de maisons individuelles et faible densité de peuplement. Côté suisse, c'est en périphérie de Lausanne que l'artificialisation progresse le plus. La bande frontalière est plus dynamique côté français : les régions de Morteau et de Pontarlier sont les plus concernées du fait de leur attractivité en termes d'accès aux emplois frontaliers.

Un enjeu d'aménagement: si côté suisse, l'essentiel des constructions neuves se compose de bâtiments collectifs (du fait d'une législation contraignante), la construction de maisons individuelles est majoritaire côté français, particulièrement dans les secteurs dynamiques. Afin de limiter cette tendance, plusieurs dispositifs de préservation de l'environnement concourent à ralentir la croissance de l'artificialisation. Par ailleurs, dans les zones protégées de l'Arc jurassien, les sols artificialisés occupent une surface moins importante et leur expansion demeure marginale depuis 2012.